Il y a maintenant 1 an que sans vraiment l'imaginer, je suis venue pour la dernière fois sur mon blog.                      J'espère du fond du coeur que toutes vous allez bien.   

Ce long silence se doit d'être un tant soit peu expliqué alors que je m'étais dit dès le départ que ce blog serait un jardin à poupées et tricots, loin des tracas de la vie. Une aire de repos pour vous, pour moi. La vie de famille a pris en peu de temps un espace trop important, très lourd, qui ne se dévoile pas avec aisance. Alors je le raconte une fois, en passant sans y revenir par la suite et sans attendre de commentaires en retour. Je sais qu'ils seront adorables et touchants comme vous l'avez toujours été depuis le début mais ce n'est pas le but de mon explication.

J'ai 2 merveilleuses filles qui forment avec moi un trio, le papa ayant fait ses valises en 2005. Nous nous en sommes sorties vaille que vaille comme dans ces cas-là. L'aînée et moi, nous nous sommes toujours boostées mutuellement, une tombe et l'autre la relève si besoin est, avec des claques aux fesses. Pour la cadette, ce fut très différent, la vie a pour elle été plus compliquée à gérer et nous n'osions la traîter comme nous le faisions pour nous, comme si un avertissement inconscient, nous mettait en alerte.

Justine, est une elfe fantastique, toute en droiture, amoureuse de la vie, de la nature, éprise de justice sur tous les plans. Vous me direz, rien de neuf à l'horizon, beaucoup de nos enfants possèdent ces qualités :-) je le sais. Mais pour la mienne, cela l'a fragilisée insidieusement sans que sa soeur et moi ne voyions ce qui lui arrivait. Elle a masqué longtemps sur plusieurs années, le mal-être qui la rongeait de toute part.

Jusqu'en 2014 où nous avons appris par un coup de fil qu'elle était à l'hôpital près de son kot d'étudiante.  En fait nous avons fait la rencontre avec la terrible compagne qui s'accroche encore à elle maintenant, l'anorexie restrictive. 

Elle a été hospitalisée à deux reprises plus d'un an et demi avec plus de bas que de hauts et cet hiver, elle a décidé de quitter le cocon hospitalier pour se soigner près de nous. Entre temps, apprendre à vivre avec cette indésirable a été pour elle comme pour nous tout un apprentissage. Passage par des thérapeutes, des psys, en famille, seule, bref, un réapprentissage de la vie, une acceptation que plus rien ne serait pareil, que la maladie reste, qu'elle est chronique. Des deuils de projets pour elle, pour nous. Le parcours du combattant sans carte ni boussole.

Des psys, des généralistes qui ont peur, qui préfèrent déléguer et de nouvelles recherches d'accompagnement ont été le lot des derniers mois. Maintenant, c'est fait, nous avons trouvé nos perles, Justine s'est constitué une équipe de choc et elle reprend goût à la vie. Il ne faut surtout pas imaginer qu'un malade anorexique se complaise dans ce miasme. C'est douloureux tant physiquement, que mentalement et moralement. Vous n'imaginez pas les peurs que j'ai eue, la crainte de la voir lâcher prise à cause tant de souffrances. Elle mesure plus de 1,70m et elle pèse actuellement entre 39 et 40 kg, cela fluctue d'une pesée à l'autre.   

Bref, je ne reviendrai pas sur ma Juju, c'est sa vie et je ne pouvais me permettre de ne l'étaler qu'une fois sur le net. En juin de l'an passé, elle m'a demandé de l'aider à réintroduire de nouveaux aliments pour se booster et vaincre ses peurs. C'est moi qui ai flippé, lâché prise totalement par peur de ne pas réussir. Une descente aux enfers terrifiante que je ne souhaite à personne. Elle a été réhospitalisée en août de la même année jusqu'en janvier.

Donc, quand j'ai écrit ici la dernière fois, je ne savais pas que je plongerais dans ce trou noir à deux pieds et le reste avec. Les poupées remisées ne sont ressorties que progressivement depuis quelques mois. Et encore,  le coeur n'y est pas encore vraiment. Le net longtemps abandonné aussi, plus l'envie de parler. Je pense qu'il fallait que ça arrive, pour reprendre des forces mentales et me dire qu'ainsi va la vie et que chacun a ses expériences à vivre, bonne ou moins bonne. A mon âge, j'ai encore grandi, à l'intérieur :-) pas devenue meilleure mais différente, c'est sûr. J'ai suivi le pas de Justine qui m'a fait passer de l'autre côté du miroir. J'ai regardé les injustices de ce monde en folie dans les yeux, les animaux, la nature, l'alimentation, la politique, bref, tout ce que je savais mais que je laissais de côté. Ce fût sur ce point un voyage effarant et quand j'ai terminé ce périple autour du monde et de ce que nous en faisons, il m'a fallu apprendre à vivre avec mes découvertes. C'est tout un travail cela aussi mais je dis merci à mes filles. A Amandine pour sa grande stoïcité face à une soeur et une mère qui battent le beurre comme on dit chez moi et à Justine qui m'a fait évoluer sans retour possible en arrière.

IMG_20150518_140101-01

Une photo de Ju

Du côtés de nos poilus, tristesse, notre Mirabelle, aîeule de la bande nous a quitté ce mois-ci, à l'âge vénérable de 21 ans. Elle nous manque.

DSCN1625

Douce Mimi, la cheffe quand même :-)

2013-07-05

En 2013, l'équipe de choc

Voilà amies et lectrices de mon blog, l'histoire de l'année écoulée. Je ne promets pas que je n'aurai plus de râtés mais, il y a de la lumière dans mon tunnel :-) 

Le prochain article sera plus léger, les poupées reprendront leurs places.

D'ici là,

Je vous souhaite tout le meilleur,

A bientôt,

Christine